domingo, 16 de junho de 2013

Echec de l'envoi

Il y a plein de questions qui me trottent dans la tête en ce moment et qui du coup m'empêchent de trouver le sommeil. Je me demande d'abord pourquoi est-ce que tu as choisi d'apprendre à me connaître à ce point alors que tu sais que bientôt je ne serai plus là ? Tu n'as pas peur ? Moi, j'ai déjà tellement souffert à cause de celui qu'un jour j'ai appris à connaître et qui à un moment donné a dû s'en aller. Et en le disant comme ça je peux même donner l'impression qu'aujourd'hui cette affaire-là est close, mais à vrai dire son manque n'a jamais cessé de me châtier et je crains qu'il ne commence à empoisonner ce qu'il y a une semaine à peine est né entre nous. J'ai déjà apperçu des reflets de son image derrière le tien, et ça me terrifie. Ce n'est pas toi, c'est lui. Il n'a pas oublié ce que je lui dois et j'ai peur qu'il ne vienne le récuperer par ton biais... Je n'ai pas encore assez payé, j'avoue, je le mériterais bien. Bref... j'ai trop peur, pour nous deux. D'ailleurs, qu'est-ce qu'il te plaît chez-moi ? Penses-tu vraiment que je sois toujours ce que je semble être à tes yeux ? Ça se fait comment que quelqu'un comme toi me fasse confiance aussi vite et aussi aveuglement que ça ? Crois-tu vraiment que mon chaos soit toujours capable de chasser ton ennui sans pour autant que tu aies à subir des effets collatéraux ? Tu n'es ni bête ni naïf, tu dois y avoir déjà réfléchi. Finalement, dis-moi, qu'est-ce que tu attends de tout ça ? Je sais que tu attends quelque chose. Sache que je fais du souci pour nous...

terça-feira, 11 de junho de 2013

Un poignard comme cadeau

Voilà ce à quoi la vie m'a amené à croire : j'avais tout à fait raison. Ce bout de vie que nous avons partagé n'était point ordinaire et ma souffrance n'était pas injustifiable, loin de là ! J'ai eu également raison quand j'ai dit qu'il y a plusieurs manières d'aimer. Tenez, buvez de ma conclusion (momentanée) d'une seule gorgée : il y a des gens que nous apprenons à aimer à force de vivre ensemble ou de s'y efforcer et il y a des gens que nous sommes comme « nés en sachant aimer », tout simplement. Qu'il soit le hasard qui décide ça, qu'il soit une entité ou force supérieure à nous ou même nos instincts de procréation en fonction de nos taux hormonaux, peu importe. Quoi qu'il en soit un chose est sûre : nous sommes tous soumis à « son » gré.

Bref, à quoi bon se battre contre ce qui est hors de sa portée ? Après toutes ces années sans trêve, cette fois-ci je me rends. J'invite le vampire à entrer et je lui offre à boire.



sábado, 9 de fevereiro de 2013

Ça y est !

Cette année j'ai réalisé un rêve. Plus que ça, j'ai franchi une ligne qui séparait la vie que j'ai toujours vécue de celle que je vis à présent. Partir en étranger a toujours été un sujet d'extrême importance pour moi. Une énorme somme de tout ce que je faisais visait à atteindre cet objectif. Soit pour intérêt linguistique, soit pour vanité, soit pour curiosité, ce désir a toujours habité mes envies les plus intimes, et maintenant il a été rassasié. Quel bonheur !

Je suis en France... Jamais, même dans mes rêves les plus beaux, je n'aurais imaginé que ça se passerait comme ça. Qu'à l'âge de vingt ans, par mes propres moyens, je serais accepté à participer à un programme d'échange d'un mois, et que je passerai une semaine à Paris et puis trois semaines chez un étudiant français de portugais, à Rouen. Jamais je n'aurais songé que je recevrais autant d'éloges par rapport à mon français, que les français seraient aussi amicaux (et parfois même, très aimables !) envers moi et que je réussirais à me débrouiller aussi aisément. Que je rencontrerais mon ami anglais et mon amie lilloise en Angleterre et qu'on se baladerais ensembles à Londres. Que la neige soit si belle et le froid si supportable... Ah, que je suis reconnaissant !

Pourtant, je ne cesse pas de penser à mes parents, à mon frère et à mes amis... J'aimerais tellement pouvoir partager toutes ces joies avec eux. Ne les avoir qu'à moi me fait me sentir un peu égoïste. Ils n'ont jamais pu vivre une expérience pareille... J'espère un jour pouvoir leur rendre toute la joie que j'ai ressentie en double.

Eh bon, grâce à ce voyage, mes objectifs ont changé. Mes priorités seront de revenir le plus vite possible faire une licence en Langues Étrangères Appliquées en France avec mon petit-ami, et ainsi réussir une vie plus pleine, sûre et intéressante et aussi faire de sorte qu'il devienne abordable pour mes parents de me visiter, voyager partout en Europe et être plus fiers de moi.

Merci la vie, merci Dieu, merci de m'aimer, merci de croire en moi, de me comprendre... je vous aime aussi !